Les conséquences politiques de l'implication des anglaises dans la Seconde Guerre mondiale.

     Après la guerre, la politique se féminise et en 1979, une femme, Margaret Thatcher devient Premier ministre. Bien que quelques femmes aient réussi à trouver leur place dans ce monde "machiste", la politique reste majoritairement une sphère masculine.

     Dans cet article, nous verrons la place qu'occupent les anglaises dans la vie politique britannique et nous vous exposerons également quelques portraits de "femmes politiques".

 

     Avant tout nous allons brièvement vous présenter la composition du Parlement anglais, pour vous permettre de vous situer et de vous repérer plus aisément dans la suite de l'article.

     Le Parlement britannique se compose de deux institutions : la Chambre des Lords (the House of Lords) et la Chambre des Communes (the House of Commons).

     Composition de la Chambre des Lords :

          - pairs (titre de noblesse) à vie : la reine crée des pairies (assemblées de pairs) à vie, sous le titre de baron ou baronne, qui permettent à leur titulaire de siéger et de voter à la Chambre. Toutefois, à la mort de celui-ci, son statut de pair n'est pas héréditaire.

          - pairs héréditaires : ils sont élus parmi les membres des différentes pairies du Royaume-Uni. Avec les pairs ex officio, ce sont les derniers à siéger à la Chambre sur un principe d'hérédité, depuis le House of Lords Act de 1999.

          - pairs ex officio : ils ont un statut héréditaire, assurant à leur titulaire un siège à la Chambre.

          - évêques et archevêques de l'Eglise anglicane.

     La Chambre des Lords a pour fonction principale l'examen et la modification des projets de loi (équivalent du Sénat en France). Elle est présidée par un LordSpeaker dont la fonction est de diriger en toute neutralité les débats au sain de la Chambre. Actuellement, ce poste est tenu par une femme : Hélène Hayman (1949-) depuis juillet 2006. Hayman était membre du parti travailliste britannique mais elle a été dans l'obligation de le quitter, lorsqu'elle a prit le poste de Lord Speaker, car elle doit être sans affiliation partisane pour garantir son impartialité. Elle a obtenu son anoblissement à vie en 1996 et porte désormais le titre de Baronne Hayman.

                                                                 Hélène Hayman

     Composition de la Chambre des Communes :

     Elle est composée de députés (ou MP en anglais, signifiant Member of Parliament) élus par le peuple au suffrage universel, au scrutin majoritaire et à un seul tour, pour cinq ans. Les membres de la famille royale et les pairs du royaume n'ont pas le droit de vote. Cette Chambre dispose de l'essentiel des pouvoirs reconnus au Parlement.

     La Chambre des Communes est également présidée d'un Speaker qui, en plus de diriger les débats des députés, représente la Chambre auprès des autres institutions. La seule femme à avoir tenu ce poste a été Hélène Boothroyd (1929-), de 1992 à 2000. Elle a été nommée pair à vie en 2001 et a pris le titre de Baronne Boothroyd.

 Betty Boothroyd

 

     A présent, entrons dans le vif du sujet : les anglaises dans la politique.

     En 1982, au GLC (Greater London Council) - une sorte de super-conseil municipal situé en plein coeur de Londres - les travaillistes créent une commission (réunion de personnes chargées du contrôle ou du réglement de certaines affaires) femmes, dotée d'un pouvoir et d'un budget réels. L'équipe de 98 personnes dirigées par Valerie Wise (membre du parti travailliste britannique et fille d'Audrey Wise [1935-2000], célèbre politicienne faisant également parti des travaillistes et qui a été deux fois député) va, malgré les sarcasmes, déplacer des montagnes.

   the Greater London Council                           

     En effet, pour connaître les besoins de la population, la commission fait participer les habitants : enquêtes, consultations publiques et forums trimestriels. Pour encourager les londoniennes à y venir, on leur rembourse leurs frais de déplacement et de garde d'enfants. Autre priorité, l'information : dépliants (y compris en langues étrangères et en braille), brochures (sur la sécurité, l'égalité des chances, le racisme, ...), journées "portes ouvertes", campagnes d'affichage et de presse, sans oublier un guide des femmes à Londres. En quatre années, 450 projetssont financés, dont la moitié dans le domaine de la garde d'enfants. Pour 1985-1986, le montant des subventions équivaut à 130 millions de francs.

     La politique du GLC en est modifiée : il s'impose de ne pas passer commande à une entreprise dépourvue d'un plan d'égalité. Le département des Transports bannit de ses supports - dans les métros, autobus et stations - toutes affiches jugée sexistes ou violentes.

     Quand la commission femmes disparaît, en 1986, en même temps que le GLC dont la suppression est décidée par le gouvernement Thatcher, trente villes britanniques ont déjà imité la capitale en créant des commissions femmes.

 

     Les britanniques ne sont pas contre une féminisation de la politique. Pour preuve, en 1995-1996, à la question "s'il y avait d'avantage de femmes en politique, le pays serait-il moins bien ou mieux gouverné ?" posée par l'institut Gallup, la Grande-Bretagne a répondu avec une majorité absolue "mieux gouverné".

     Certainement que Tony Blair a prit conscience de cette réponse car en 1997, lors de son premier mandat en tant que Premier ministre britannique, le parti travailliste c'est donné les moyens d'une féminisation accélérée du monde politique en reservant la moitié des sièges gagnables (c'est-à-dire en tant que député à la Chambre des Communes) à des candidates et en constituant des sélections entièrement féminines (pratique ensuite condamnée par la justice). Le nombre d'élues passe de 62 à 119 (soit 18,2 % des députés), dont 101 travaillistes. Le gouvernement compte cinq femmes ministres, nombre jamais atteint. La presse populaire les surnomme les Blair babes.

 

                             Tony Blair et ses Blair babes

 

       Parmi celles-ci on retrouve notamment Audrey Wise mais aussi Margaret Beckett (1943-), elle a été député leader du parti travailliste de 1992 à 1994. Lorsqu'elle était dans le gouvernement de Tony Blair, elle tenait le poste de secrétaire d'Etat du Commerce et de l'Industrie (de 1997 à 1998). Elle a également été leader de la Chambre des Communes de 1998 à 2001.

 Margaret Beckett

     Patricia Hewitt (1948-) faisait aussi partie des Blair babes, elle était secrétaire aux affaires économiques au Trésor (le Trésor est responsable de la politique des finances publiques et de la politique économique) de 1998 à 1999 puis est devenue secrétaire d'Etat du Commerce et de l'Industrie jusqu'en 2005.          

                       Patricia Hewitt Patricia Hewitt

                                                                                               

     Le nombres de femmes aux Communes n'a cessé d'augmenter, certe doucement pendant 15 longues années, passant de 25 en 1959 à 26 en 1966 puis 27 en 1974. Grâce à Blair, ce nombre a pu décoller et atteindre les 18,2 % du total des députés, comme nous l'avons vu précédemment. Le dernier chiffre que nous avons relevé date de 2000 et à cette époque il y avait 19,7 % de femmes députés.

     En 2001, les britanniques ont mis en place un quotas qui est censé assurer aux femmes un accès équitable et une pleine participation aux structures du pouvoir.

     D'un point de vue européen, en janvier 2000, il y avait 18,4 % de femmes anglaises dans le Parlement de l'Union Européenne et 24 % deux ans plus tard.

     Actuellement, le gouvernement britannique est composé de onze femmes que nous vous présentons dans cet article.

 

 

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Bipolar Disorder (site web) 28/10/2012

I came across tpe-keep-smiling-through2.e-monsite.com and i love it !
bipolar disorder
atrophy
arthritis treatment

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×